IE6 n'est pas compatible.

Contactez-nous pour tout soutien quant à votre navigateur.

Vous devez être connecté pour pouvoir ajouter un commentaire.

Comment pouvons-nous continuer à relever les défis du développement durable du Canada?

il y a 10 mois
comment
Reply notification settings
Nous soumettons votre commentaire...
Annuler
  • Marc Brousseau il y a 6 mois
    Dans le développement durable, il y a le mot "durable", sur lequel on n'insiste pas assez. Ce qui est durable, on ne le détruit pas pour le remplacer à chaque génération, sinon plus rapidement. C'est malheureusement le cas du développement des territoires, sur lesquels on bâtit, on démolit, et on rebâtit. Dans la stratégie canadienne, il y a les thèmes des infrastructures modernes et résilientes. C'est tout dire, cela signifie qu'il faut recourir aux matériaux les plus durables pour les constructions structurelles et infrastructurelles, et s'assurer de leur recyclabilité. À cet effet, le ciment et le béton sont champions, car aucun autre matériau n'a cette capacité de perdurer dans le temps, et il est grand temps de reconnaître cette qualité, surtout que plusieurs producteurs canadiens les produisent en remplaçant le plus de combustibles fossiles possible, et ceci est sans compter sur les autres qualités inhérentes à ces matériaux, dont la masse thermique qui permet de réguler la température intérieure et sa solidité qui pourrait avantageusement remplacer l'asphalte sur les routes de tout le pays. Un bel exemple est que la Maison du Développement Durable, à Montréal, a été bâtie en béton, et non en bois.
  • Julie Bernier il y a 7 mois
    Bonjour, Mon nom est Julie et je suis conseillère politique et planification stratégique à Santé Canada. Ayant pris part à la marche pour le climat qui a eu lieu à Montréal le 15 mars dernier et me demandant constamment quelles autres actions ou changements de comportement je peux prendre, seule ou avec ma famille, et qui peuvent avoir un impact positif sur l’environnement, je me suis demandé ce que peuvent faire les fonctionnaires fédéraux pour montrer l'exemple. J'aimerais proposer l’action concrète suivante en lien avec cet extrait : Action ministérielle 3: Encourager et faciliter l'adoption de pratiques durables en matière de déplacements. PROPOSITION : Que des crédits carbone soient achetés pour tout achat de billets d’avion de fonctionnaires fédéraux qui voyagent au pays ou à l’étranger. Ces crédits carbone pourraient être versés dans un fond vert du gouvernement, ou encore, être versés à une organisation canadienne à vocation écologique/verte/développement durable reconnue (une liste d’organisations pourrait être disponible à même le système de gestion des voyages du gouvernement fédéral). Les crédits carbone nécessaires pour compenser les émissions de GES émises seraient calculées en fonction de la distance parcourue (des applications permettant le calcul existent déjà). Cette dépense additionnelle serait assumée à même le budget des programmes (pas de financement additionnel octroyé) et démontrerait un engagement clair de tous les ministères, du haut au bas des strates de gouvernance envers l’environnement. Ces frais additionnels, apporteraient certes, un questionnement quant à certaines justifications de voyages. Les SMA, DG, directeurs, gestionnaires, maîtres de leur budget, devront donc optimiser les intentions et voyages des membres de leur équipe, ce qui répondrait également à l’atteinte de l’action ministérielle 3. À la quantité de fonctionnaires fédéraux que nous sommes au pays, imaginez l’impact que cette politique au niveau des voyages pourrait avoir. Les fonctionnaires doivent montrer l’exemple et emboiter le pas à celui des citoyens qui déjà, pour leurs voyages personnels, peuvent ajouter un frais de crédit carbone lors d’achats de billets. Je vous remercie. Étant convaincue que cette idée est la moindre des choses et qu’elle peut facilement être implantée, notez que je compte également la communiquer par d’autres avenues. Je vous remercie, Julie
    • JPPILON il y a 7 mois
      bonjourLe développement durable n'est pas une affaire de gros sous, c'est avant tout une affaire de bon sens .Tout d'abord que signifie développement : pour beaucoup cela équivaut à croissance .Or la croissance humaine signifiera empiéter encore plus sur l'éco-système : exemple développement résidentiel qui consiste à soustraire des centaines d'ha de terres agricoles fertiles, de terrains boisés en vue de les bétonner et de les asphalter .Ce projet s'accompagnera de routes et de centres d'achat .Cela enrichira les spéculateurs de tous ordres, les entrepreneurs en constructions et les banques et appauvrira les occupants de ces nouveaux logements qui n'existeront plus dans cinquante ans . Le développement durable est avant tout la décroissance ce qui vient à l'encontre de tous les courants de pensées sur un continent où :la surconsommation est un plaisir, le gaspillage une preuve de bien être, le lieu de culte est le centre d'achat, le dieu se nomme Dollar et le diable crédit .Aussi longtemps que ces valeurs régneront , il n'y aura pas de développement durable de la vie sur terre telle que nous la connaissons aujourd'hui .